La Culture créole s’invite au Pommeraies, au Bourny, au Conservatoire !!!

Quartier en scène 2019-2020 / Métissage et Partage

Le Projet d’Éducation Artistique et Culturelle  du Conservatoire s’articulera cette saison autour du métissage et du partage avec l’accueil en résidence de l’immense artiste martiniquais Dédé Saint Prix.

Au programme : partage de son répertoire, découverte des instruments traditionnels, stage, rencontres, création d’un livre CD, plateau partagé avec l’artiste…
Une année colorée s’annonce !
A déguster, à savourer, à partager sans modération et à ne manquer sous aucun prétexte !!!

Dédé Saint Prix

André (Dédé) Saint Prix, né le 10 février 1953 au François (Martinique), est un chanteur traditionnel de la musique chouval bwa. Sa passion, le ‘Chouval bwa’ est la musique qui accompagnait les manèges de chevaux de bois traditionnels actionnés à force d’hommes. Il utilise aussi d’autres styles dans ses chansons.
Il est compositeur et flûtiste. Il a exercé le métier d’instituteur pendant onze ans avant de démissionner en 1991 afin de se consacrer à la musique. Il a collaboré avec les groupes La Selecta Martinique et Malavoi.
Membre de la chorale municipale, il enregistre son 1er disque en 1968, à 15 ans. Après avoir joué au sein de différents groupes dont « La Sélecta » et « Malavoi », Dédé Saint-Prix crée « Pakatak », formation expérimentale de recherche rythmique, pour redonner toute la place à la musique de
son enfance.
En 1983, il reçoit les « Maracas d’Or » (prix remis à Paris à un artiste africain ou antillais) pour le succès de l’album Piblisité. Il anime aussi des master-class de percussions afro-caribéennes pour le festival musiques métisses d’Angoulême.
Au début des années 80, la métropole, l’Afrique, les Etats-Unis et d’autres territoires découvrent grâce à lui les rythmes chaloupés du « Chouval bwa ». Une cause au nom de laquelle il chante et se déchaîne en formidable meneur d’ambiance, chanteur bouillonnant, percussionniste, flûtiste et
saxophoniste. C’est en cavalier de la musique « Chouval bwa » que Dédé Saint-Prix prend sa véritable dimension. Il a fait retentir ses rythmes aux Antilles-Guyane, en Afrique, en Europe, au Québec, au Brésil ou encore aux Etats-Unis. Il a enflammé les scènes prestigieuses de l’Olympia, du Zénith, de Central Park (NYC) et le public de nombreux festivals a pu l’applaudir.
Les années 90 marqueront une autre étape dans sa carrière avec ses premières actions pédagogiques. Il anime alors des Masters classes de percussions afro-caribéennes à Angoulême, à Bordeaux et en Suède. Il enseignera pendant de longues années au Conservatoire d’Angoulême.
En 2012, il reçoit l’insigne du chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur.
Il anime aussi pour le compte de l’association Musique et Santé des Masters classes de percussions verbales et rythmes corporels ainsi que des ateliers musicaux en milieu hospitalier.
« Nous sommes des artistes, des soldats sociaux et culturels, des soldats pédagogiques, des soldats humanitaires, des soldats de l’amour du prochain. Notre combat est un sacerdoce, une profession de foi, le plus souvent contre vents et marées… »
Dédé Saint-Prix, Franc-Antilles, Mars 2012